Diagnostic

Le poids économique du commerce électronique

Le dynamisme du commerce électronique via les sites marchands (Web), concernant notamment le grand public, se maintient et place le marché français parmi les trois premiers en Europe. L'internet mobile contribue à maintenir ce dynamisme.

Selon la Fevad, le chiffre d'affaires des sites marchands français, qui est généré par leurs ventes via l'internet en direction des différents types de clientèle (BtoC, BtoB et BtoG), est estimé à 51 milliards d'euros en 2013, contre 45 milliards en 2012. La France se positionnerait au 3e rang en Europe, derrière l'Allemagne et surtout le Royaume-Uni (98 milliards d'euros). Ces trois pays représenteraient 61 % des ventes selon la même source.

Concernant la pratique du commerce électronique par l'ensemble des entreprises, il faut souligner le poids prépondérant que gardent les ventes ou achats en ligne générés via les messages de type EDI. D'une façon générale, le dynamisme paraît moins prononcé par rapport à celui de certains pays membres de l'UE 28, en particulier pour les achats en ligne. Le chiffre d'affaires du commerce électronique des entreprises (tous secteurs hormis ceux des finances et des assurances) distingue les transactions commerciales effectuées via un site Web et celles réalisées via des messages de type EDI. La part de leur chiffre d'affaires générée par leurs ventes en ligne provient des déclarations des entreprises (enquête TIC). Cette part concerne les ventes medical personal statement editing services interentreprises (BtoB) et les ventes aux clients finaux (BtoC). En pourcentage, la France se situe en dessous de la moyenne de l'UE.

Selon l'Insee, le montant des ventes via un système EDI s'élevait à 289 milliards d'euros en 2012 (cf. Enquête TIC, 2013) et le montant des ventes via l'internet à 111 milliards d'euros.

Par ailleurs, le montant des achats réalisés en ligne (Internet et EDI) par les entreprises se révèle moins élevé que celui des ventes en ligne. Selon l'Insee, ce montant atteint 285 milliards d'euros pour les achats via un système EDI et 75 milliards pour les achats via l'internet.