Menu accessibilité

Aller à l'accueil
Aller au menu
Aller au contenu
Aller à la page d'aide
Plan du site

Outils

Imprimer la page

Bilan de l'été 2012

Une saison estivale 2012 en demi-teinte :
la bonne fréquentation du mois d'août ne compense que partiellement un mois de juillet maussade

Couverture du bilan 2011

Avec un recul des nuitées estimé à 1,6 % par rapport à la saison 2011, selon le bilan provisoire de la DGCIS, la saison estivale 2012 aura été en demi-teinte, pénalisée à la fois par une météo maussade en juillet (comme en 2011), partiellement compensée en août, et une conjoncture économique incertaine en France et chez plusieurs de nos clientèles touristiques européennes. Seule la clientèle française est en recul : si les Français ont essayé de préserver leur départ, ils ont raccourci leurs séjours et donc leurs nuitées (- 2,8 % par rapport à la saison 2011). La fréquentation des clientèles internationales reste, à l'inverse, dans l'ensemble bien orientée, avec des nuitées en hausse de 2,2 % par rapport à la saison 2011. Les clientèles lointaines sont toujours dynamiques, soutenues, cet été, à la fois par les marchés émergents et les marchés matures. Mais les clientèles européennes présentent des évolutions très contrastées, reflétant leurs situations économiques respectives.

L'hébergement marchand a pâti, dans toutes ses composantes, de la baisse de fréquentation des Français. Plus généralement, c'est l'ensemble des professionnels du tourisme qui semble avoir souffert d'un budget vacances souvent en berne et, indirectement, du contexte économique incertain. Par ailleurs, depuis juillet les touristes ont dû faire face à la hausse des prix des carburants.

Comme en 2011, la région capitale et le Sud-Est tirent leur épingle du jeu. Le tourisme urbain, moins dépendant de l'aléa climatique, a globalement mieux résisté. Les retombées économiques immédiates des Jeux Olympiques de Londres sont, pour partie, à mettre au crédit de la présence de nombreuses délégations sportives dans la région Nord - Pas-de-Calais, grâce aux investissements réalisés par les collectivités locales dans de nouveaux équipements sportifs.

Les premiers résultats des enquêtes laissent entrevoir une saison touristique estivale 2012 en demi-teinte, avec un recul des nuitées estimé à 1,6 % par rapport à la saison 2011 (tableau 1). La saison estivale 2012 aura pâti, comme l'an passé, d'une météo franchement maussade en juillet. Heureusement le mois d'août, ensoleillé, souvent chaud sur la seconde quinzaine, aura permis de limiter le recul de la fréquentation sur l'ensemble de la saison. La conjoncture, toujours incertaine, aura aussi pesé sur la saison 2012, avec le ralentissement économique qui affecte plusieurs partenaires de l'Union européenne, certains en récession, ainsi que la France, en stagnation depuis plusieurs mois. Les touristes se sont adaptés au contexte morose, en utilisant les différents leviers leur permettant d'ajuster leurs dépenses : forfaits achetés en dernière minute, raccourcissement des séjours, sélection de l'hébergement le moins cher, voire séjour chez la famille ou les amis, moins de sorties au restaurant, etc.

 

     

Plan du site / Informations légales / Contact / Lettre d'info / Presse / Répertoire des données publiques

© Ministère de l'artisanat, du commerce et du tourisme - Dgcis - 05/09/2012