République Française   Le portail de la Dgcis
ACCUEIL ACTUALITES A PROPOS DU SITE PLAN COURRIER LISTES DE DIFFUSION   
  

Espace thématique

Imprimer la page

Biotechnologies

Présentation du secteur

Les biotechnologies jouent un rôle de plus en plus important dans le secteur des industries de santé, mais ont aussi un rôle émergent dans les secteurs de l'environnement, de l'agriculture, de l'agro-alimentaire, ainsi que pour la mise au point de processus industriels innovants.

Dans le secteur de la santé, la découverte de nouveaux traitements fait de plus en plus appel aux biotechnologies pour rechercher les causes des maladies, concevoir, tester et produire des médicaments spécifiques. Ceci suppose un effort de recherche très important pour comprendre le fonctionnement des organismes, et concevoir des médicaments capables d'agir efficacement et en toute sécurité dans des états pathologiques.

La présence de nombreuses entreprises de biotechnologies qui conduisent des programmes de R&D permet aux grandes entreprises pharmaceutiques d'avoir accès à une offre plus diversifiée de produits "finis", c'est-à-dire de candidats médicaments pour lesquels la preuve de concept (par exemple essais in vitro et/ou en culture cellulaire), la preuve de faisabilité (ex : essais chez l'animal), voire une première évaluation clinique chez l'homme ont déjà été obtenues. La présence effective d'un tissu de jeunes entreprises innovantes de biotechnologie est donc une source d'innovations majeures pour le secteur pharmaceutique. Ainsi, actuellement 15% des nouveaux médicaments sont issus des biotechnologies et les projections portent ce chiffre à 40% pour 2010.

Au delà du secteur pharmaceutique, les biotechnologies jouent un rôle de plus en plus important dans la bio-industrie, les domaines de l'environnement et de l'agronomie. Les biotechnologies peuvent permettre la mise au point de capteurs de l'état de l'environnement, de sa pollution par des substances chimiques. Elles peuvent servir à la mise au point de procédés de recyclage innovants. Les organismes génétiquement modifiés peuvent être utilisés pour produire des matériaux innovants, des substances chimiques, très difficiles ou très coûteux à obtenir par la chimie traditionnelle.

Le secteur des biotechnologies français est un secteur de pointe, en forte évolution Les sociétés de biotechnologie sont en majorité des jeunes PME, qui investissent de manière très importante dans des projets de recherche et développement. En France on compte environ 400 entreprises de biotechnologie, qui emploient environ 6000 personnes dont plus de la moitié en R&D. Le pipeline de produits thérapeutiques en développement contient environ 150 candidats-médicaments. Les dernières années ont été marquées par l'obtention de plusieurs AMM et la commercialisation des premiers produits issus des entreprises de biotechnologie françaises.

La France se place au troisième rang européen derrière le Royaume-Uni et l'Allemagne. Les Etats-Unis dominent très nettement le paysage mondial, avec un nombre de sociétés équivalent au nombre européen, mais environ 10 fois plus d'effectifs employés et trois fois plus d'investissement par le capital-risque en 2006. La conjoncture française s'est notablement améliorée depuis 2005, avec l'entrée en bourse de plusieurs sociétés très prometteuses.

Objectifs du Ministère et rôle de la Dgcis

L'action de l'Etat tend à favoriser la maturation de ce secteur stratégique, en vue de rattraper le retard de la France dans ce domaine. Les objectifs du Ministère sont de soutenir le développement de ces entreprises à fort potentiel, en agissant, d'une part, sur leur environnement économique et réglementaire et d'autre part, par des aides aux projets de R&.

Ainsi, les sociétés de biotechnologies françaises peuvent bénéficier pleinement des mesures récentes de soutien à l'innovation, au rang desquelles figurent :

  • Le soutien aux projets collaboratifs de recherche et développement dans le cadre des pôles de compétitivité.
  • Le dispositif Jeune Entreprise Innovante, JEI, qui a été créé en 2004 afin de favoriser la création d'entreprises innovantes et de les aider dans le démarrage de leur activité.
  • Le Crédit Impôt Recherche (CIR) qui bénéficie pleinement à ces sociétés ayant une part importante de R&D.
  • Le soutien ciblé par OSEO des projets stratégiques de développement.
  • Les appels à projets de l'Agence Nationale de la Recherche, et notamment l'appel à projet BiotecS 2008 (Recherche partenariale en biotechnologies pour la santé).

Pôles de compétitivité Santé-Biotechnologies

Alsace Biovalley pôle à vocation mondiale
Région : Alsace
La fiche descriptive du pôle Alsace Biovalley
Le site du pôle : www.alsace-biovalley.com

Atlanpole Biotherapies
Région : Pays de la Loire
La fiche descriptive du pôle Atlanpole Biotherapies
Le site du pôle : www.atlanpolebiotherapies.com

Cancer Bio Santé
Régions : Midi-Pyrénées, Limousin
La fiche descriptive du pôle Cancer Bio Santé
Le site du pôle : www.cancerbiosante.fr

Eurobiomed
Régions : Languedoc Roussillon et Provence Alpes Côte d'Azur
La fiche descriptive du pôle Eurobiomed
Le site du pôle : www.eurobiomed.org

Lyon Biopôle, pôle mondial
Région : Rhône-Alpes
La fiche descriptive du pôle Lyon Biopôle
Le site du pôle : www.lyonbiopole.com

Medicen (nom initial MédiTech Santé Paris Région), pôle mondial
Région : Ile de France
La fiche descriptive du pôle Medicen
Le site du pôle : www.medicen.org/

Nutrition Santé Longévité
Région : Nord -Pas- de- Calais
La fiche descriptive du pôle Nutrition Santé Longévité
Le site du pôle : www.pole-nsl.org

Publication

Brochure « Biotechnologies en France ».

La DGCIS a édité une brochure, à vocation internationale, présentant le secteur des biotechnologies en France, en collaboration avec Ubifrance, le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, le LEEM (les entreprises du médicament), l'AFII (Agence Française des Investissements Internationaux), le Comité Adebiotech et Francebiotech.

La France compte aujourd'hui près de 400 entreprises de biotechnologie. Avec des experts scientifiques de renommée internationale, l'industrie des biotechnologies en France recèle un gisement important de création d'emplois à l'aube de grandes retombées industrielles, thérapeutiques et économiques. Les 8 pôles de compétitivité « Santé » constituent pour ce faire un outil nouveau de la politique industrielle et contribuent à renforcer la compétitivité de l'économie nationale en mettant l'accent sur l'innovation et la recherche-développement.

Télécharger la brochure Biotechnologies en France

Conseil stratégique des industries de santé du 26 octobre 2009 : un fonds d'investissement de 140 M EUR dans le bio technologie

Lors de la réunion du Conseil stratégique des industries de santé, Nicolas Sarkozy a annoncé le lancement d'un fonds d'investissement dans les biotechnologies, abondé par le Fonds stratégique d'investissement (FSI) et des industriels, à hauteur de 140 millions d'euros.

Le FSI apportera 52 millions d'euros, soit 37% du total du fonds, baptisé InnoBio et dirigé par Laurent Arthaud.

Lors de la réunion du CSIS, les industriels du secteur, français et étrangers, se sont engagés à contribuer au fonds lancé, pour soutenir les entreprises de biotechnologie qui se développent sur le territoire français, a indiqué le président de la République, saluant un secteur appelé à "créer des emplois à très forte valeur ajoutée".

La création du fonds avait été déjà évoquée à plusieurs reprises par des membres du gouvernement.

Dans le domaine des biotechnologies, la réunion a aussi abouti à la décision d'ouvrir le capital de la filiale biotechnologique du Laboratoire français de fractionnement et des biotechnologies (LFB), jusqu'ici détenu à 100% par l'Etat.

Marquant son désir de "maintenir l'emploi industriel" en France, M. Sarkozy a déclaré que la France allait "soutenir les industriels acceptant que les génériques de leurs médicaments soient produits en France quelques semaines avant l'expiration de leur brevet", une pratique jusqu'ici impossible.

Au cours de la réunion du CSIS, à laquelle ont pris part les ministres Christine Lagarde, Valérie Pécresse, Roselyne Bachelot et Christian Estrosi, les industriels de la santé se sont aussi engagés à doubler le montant de leurs investissements dans les partenariats public-privé pour la recherche biomédicale d'ici trois ans.

Parmi d'autres mesures de soutien au secteur, le CSIS a par ailleurs entériné le principe d'un développement de la bioproduction en France. "Notre pays compte plusieurs centaines de PME de biotechnologies (...), ce serait un comble que ce potentiel ne se traduise pas par la création de nouveaux emplois industriels", a jugé le président.

Pour soutenir plus spécifiquement les industriels français du secteur, l'Etat s'est enfin engagé à "conforter" la pratique de prix différents pour les médicaments destinés à l'exportation de ceux pratiqués -et réglementés- pour les produits distribués en France.

Le président d'Ipsen Jean-Luc Bélingard, également porte-parole d'un "G5" de la pharmacie réunissant Sanofi-Aventis, Pierre Fabre, Servier, Ipsen et le LFB, s'est réjoui que les industries de santé soient "reconnues comme un secteur stratégique" pour la France.

Créé en 2004 à l'initiative du Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le CSIS se réunissait lundi pour la quatrième fois et pour la première fois à l'Elysée. Sa prochaine réunion est prévue en 2012.


© Ministère du Redressement productif - 22/02/2012